Saint Jacques de Santa Marta de Tera

Facebooktwittergoogle_plus

J’ai découvert cette statue à Santa Marta, lors de mon pèlerinage de 2011 sur le Camino Sanabrés en Espagne: elle m’a tout de suite plu! Je me suis rendu compte après mon retour seulement que c’est une statue plutôt connue…

Et pour cause!

 

Où admirer cette statue et qu’y a-t-il à voir?  ~  Une grande valeur entre 2 mondes: lecture d’une statue originale  ~  Des hommages multiples

Santiago Sta-Marta-de-Tera camino-sanabres

 

Où admirer cette statue et qu’y a-t-il à voir?

Santa Marta de Tera carteSanta Marta de Tera eglise romaneCe saint Jacques est visible à Santa Marta de Tera, un village à côté du rio Tera qui se situe à environ 300km de Santiago, au début du Camino Sanabrés. Il ne faut pas se fier à l’humilité apparente de ce petit hameau, qui héberge en réalité bien plus que les 200 âmes qui y vivent.

L’église de Santa Marta est en effet un joyau de l’architecture romane. Dernier vestige d’un monastère érigé au 10e siècle, elle est la plus ancienne de son époque dans la province de Zamora. Son passé et ses détails architecturaux en font un édifice de grande valeur historique et artistique, inscrit depuis près de 90 ans au patrimoine culturel espagnol. L’église est également connue pour son phénomène de lumière naturelle: les jours d’équinoxes de printemps et d’automne, un des chapiteaux y est illuminé par les rayons orientés du soleil.

lumiere equinoxe Santa Marta de Tera

Quant au Santiago de Santa Marta, on peut aujourd’hui l’admirer à l’extérieur de l’église, dans une niche sur le pilier ouest du portail qui encadre l’entrée principale du bâtiment, sur la façade sud. Son emplacement d’origine est inconnu, bien que certain théorisent que sa place était autrefois la même que celle qu’il occupe aujourd’hui. Ce qui est certain, c’est qu’entre-temps, ce saint Jacques a vécu un moment dans les hauteurs. Il a en effet longtemps orné le beffroi, avant d’en redescendre en 1931 lors des rénovation suivant le classement de l’église en monument historique. Haute d’environ 1m50 dans son intégrité, la statue a subi des dommages qui l’ont menée à se briser au niveau des genoux du saint. Elle était également accompagnée de l’inscription « Jacques l’Apôtre » qui s’est effacée avec le temps.

 

Une grande valeur entre 2 mondes: lecture d’une statue originale

Tel un trésor dans le trésor, la statue de saint Jacques de Santa Marta possède sa propre valeur historique et artistique. On sait peu de choses concrètes à son sujet (on ignore par exemple qui est son auteur), mais elle reste une pièce majeure de l’art roman espagnol et une représentation du saint tout à fait unique et originale. Elle est souvent citée comme étant la première sculpture de saint Jacques de l’Histoire (bien que cette théorie soit impossible à vérifier, les traces de datations exactes n’étant pas vraiment le fort des bâtisseurs…). Son étude mise en perspective avec le contexte historique de sa création lui donne une importance capitale dans l’iconographie jacquaire.

Santa Marta de Tera eglise portail sud Xauxa Hakan SvenssonCertains pensent que la présence de la statue à Santa Marta reflète également la popularité grandissante de l’apôtre et de Compostelle en Espagne au 12e siècle. Les experts s’accordent à dire que la statue a été réalisée localement, ce qui mènent à l’hypothèse que, comme Santa Marta n’est pas située sur une route d’importance menant en Galice, la présence d’une statue de saint Jacques à cet endroit et à cette époque serait une preuve de l’assimilation du culte jacquaire dans des lieux reculé de la péninsule.

D’autres suggèrent par contre que ce Santiago faisait partie d’une série de 12 statues représentant les 12 apôtres, dont 2 autres seulement on été retrouvée: Jude, perché sur le portail nord, et un apôtre inconnu faisant face à Santiago, sur l’autre pilier du portail sud. Sans certitudes, cet apôtre mystérieux est souvent identifié comme saint Pierre. Même si cela n’a pas d’importance puisque personne ne sait où étaient placée les statues à l’origine, avoir saint Pierre symétriquement positionné à Santiago serait bien bénéfique pour ce dernier, car dans l’iconographie religieuse et architecturale, cela lui confirmerait une position d’égale importance dans la hiérarchie des apôtres et des saints.

Finalement, le plus grand intérêt de cette statue est son apparence, car elle témoigne du changement de perception de saint Jacques à l’époque de sa création. Avant le 12e siècle, il était plutôt perçu et imagé comme un apôtre du Christ ou un prêcheur. Sa tenue et son attitude figées dans la pierre rappellent ces fonctions: une riche et élégante tunique, le visage et la main tendus dans une prêche qu’on devine énergique. Le saint Jacques de Santa Marta se voit attribuer les symboles du pèlerin en plus: un bâton, une besace et une coquille. Un vision du saint tout à fait inédite à l’époque et un mélange de genres qui fait toute l’originalité de cette statue. A partir du 12e siècle, saint Jacques deviendra peu à peu « pèlerin de ses propres reliques », une représentation classique désormais classique de l’apôtre. Santiago de Santa Marta remplit donc à la fois les fonctions du prêcheur (guider les foules vers le salut; les prévenir des démons (main gauche levée); les sommer de se hâter (visage pressant)) et celles du pèlerin (s’en remettre à Dieu seulement (besace légère); faire reposer sa foi sur la Sainte Trinité pour se défendre des forces obscures (bourdon); être charitable (coquille)). Santiago de Santa Marta joue le double rôle de guide et de protecteur des âmes en route vers leur salut.

 

Des hommages multiples au Jacques de Santa Marta

L’importance culturelle du Santiago de Santa Marta et le renouveau de la tradition jacquaire au 20e siècle ont fait de cette statue une des représentations les plus diffusées de saint Jacques. Elle est tout naturellement le tampon à crédentiale de Santa Marta. C’est aussi le symbole du Camino Sanabrés, qu’on retrouve sur des bornes en chemin. Enfin l’année sainte de 1993 a particulièrement participé à rendre cette statue populaire. Les pièces de 5 pesetas frappée cette année-là avaient pour modèle le Santiago de Santa Marta. Une occasion de diffuser largement son image et de lui rendre hommage!

 2011 - Santiago Sta Marta Tera tampon2011 - Santiago Sta Marta Tera borne  Monnaie - 5 pesetas - 1993

 

Et toi? As-tu visité Santa Marta de Tera, son église et son Santiago unique?

As-tu aimé cette statue?

 

 

Ps: merci à Rafael G. Rodriguez (vue d’ensemble de l’église et equinoxe) et à Xauan H. Svensson (portail sud) d’avoir permis la réutilisation de leurs photo! 😀

Facebooktwittergoogle_plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.