Bienvenue sur Santiago in Love!

Facebooktwittergoogle_plus

Ultreïa, c’est parti! Voilà le premier article de Santiago in Love! Parler de Saint Jacques tel qu’il vit dans mon cœur et le partager avec un blog… L’idée m’est venue il y a peu, mais elle paraissait juste et bonne. Alors, pourquoi ne pas lui donner forme?

Pour fêter cela et me présenter, ainsi que mes Chemins et le blog, je me suis dit qu’une petite auto-interview serait toute indiquée… Allons-y!

Ma coquille

 

Une auto-interview, loin de tout trouble sérieux: plus une matière à rire qu’un trouble narcissique! N’hésitez pas à aller droit aux parties qui vous intéressent:

~ Petite présentation de moi-même ~

~ De mes Chemins ~

~ Du blog ~

Et tout de suite, mon interview, menée par moi-même!

 

C’est à moi? Ok, alors, donc… Marion, bonjour!

Bonjour! Détends-toi, ce n’est que moi. Pas une inconnue à gérer. Donc… une auto-interview, je dois dire que c’est assez inattendu! Un peu déjanté, non?

 

Hé bien, ça donne un peu le ton, on ne veut pas se prendre trop au sérieux. Et puis, c’est tout nous ! On a un petit grain de folie dans le cœur, autant que ce soit clair dès le début ! D’ailleurs, en parlant de clair, si tu nous présentais en deux mots?

Facile ! Marion, permanigrina.

 

D’accord… Tu nous la refais en un peu plus que deux mots?

Haha ! Pas de problème ! Alors, je suis Marion, française d’origine. Je voyage depuis toute petite, je préfère la nature à la ville et mon parcours est un peu complètement biscornu. Peu de personnes devinent mon âge correctement, moi la première (il change tous les ans!). J’aime rire, voyager, faire du cheval en extérieur, dessiner, lire, écrire, perdre ou gagner à des jeux de société, danser. C’est mieux ?

 

Oui, pas mal. Et la permanigrina alors? C’est quoi ce truc?

Ça, c’est ce que je fais dans la vie. Je suis pèlerine, je pérégrine en permanence. Je suis donc une permanigrina. C’est une occupation à plein temps, un vrai CDI d’être humain. Pas d’entretien d’embauche, j’ai juste dû me promettre de vivre avec le cœur et d’être fidèle à la parcelle d’Âme du Monde qui est en moi. Ma mission consiste à aimer toujours plus et à faire grandir ma conscience, avec humour et humilité. Et y’a du travail, je vous le dit ! D’ailleurs, ça embauche tout le temps… vous ne voudriez pas un nouveau boulot ?

 

Moi ça va, merci, on travaille ensemble. Et, donc, où est Compostelle dans tout ça?

Hé bien, j’ai grandi en entendant parler du pèlerinage de Saint Jacques. Magazines pour enfants, maman attirée par les Chemins, grand-mère catholique, articles de presses et discussions ici et là, on peut dire que les Chemins de Saint Jacques de Compostelle étaient bien présents « quelque part là-dedans » depuis longtemps!

 

Mais… on est catholiques nous?

Non. Mes parents oui, mais ils ne pratiquaient pas et ne m’ont jamais baptisée car ils voulaient me laisser le choix. Toutes les religions avaient droit au chapitre à la maison, c’était très ouvert. Aujourd’hui, j’ai une vie spirituelle très vivante, mais je n’ai toujours pas d’appartenance religieuse. Et de toutes façons, pas besoin d’être catholique, pratiquant ou croyant pour partir à Compostelle!

 

C’est vrai, c’est un chemin universel! Qu’est-ce qui nous a finalement poussé à partir?

C’était en 2009, par un froid matin de novembre strasbourgeois. Je me suis réveillée avec la tête dans le une certitude dans le cœur et la tête : dans l’année, je serais partie de chez moi, seule et à pied, pour atteindre Compostelle d’une seule traite. J’aime dire que c’est saint Jacques qui m’a appelée à lui.

 

Et on est arrivée! Et on est repartie. Plusieurs fois. En fait, on est jamais vraiment rentrée!

Exactement ! Les Chemins depuis Strasbourg en 2010, depuis Grenade en 2011 et depuis Arles en 2015. Quelles aventures ! Et c’est vrai, on a toujours un peu le cœur avec saint Jacques…

 

Sacré Jacques… C’est vraiment devenu un ami !

Oui, lorsqu’il « m’invite » à Compostelle, je ne peux tout simplement pas résister à l’invitation!

 

On a quelques chiffres ou des données concrètes de nos aventures sous la main ?

Ce n’est vraiment pas ce qui est important, mais oui, il y en a. 3 départs, 11 tronçons différents, 5500 km, 5 crédentiales avec 240 tampons, mois, plus de 4200 photos dont plus de 580 photos de coquilles, 1800€ de budget, 3 paires de chaussures, 2 sacs à dos, 1 paire de bâton, 1 tendinite, 3 Compostela, 1 Fisterrana, 1 Muxiana, des centaines de rencontres, quelques ampoules et plein plein plein plein de boîtes de thon, de tablettes chocolat et de galettes Maria.

 

Waaaahhhh… Mais y’a quand même des trucs bizarres… 11 tronçons ? 5 crédentiales ? 1800€ de budget ? Tu dis des chiffres au pif ou bien ?

Non non. Je vais te préciser ça par voyage.

En 2010, Strasbourg – Santiago – Muxia/Fisterra, soit 2700km en 3 mois ½ avec ~10€/jour, par 6 tronçons différents. La voie d’approche jusqu’au Puy-en-Velay, la via Podiensis, le Camino Francés (jusqu’à Pampelune), le Camino del Norte, le Camino Primitivo et enfin le Camino de Muxia et Fisterra. J’ai utilisé 3 crédentiales pour pouvoir caser mes tampons.

En 2011, Grenade – Santiago, soit 1100km en 1 mois ½ avec ~10€/jour, par 3 tronçons différents. Le Camino Mozárabe, la Via de la Plata et le Camino Sanabrés. Mes tampons ont tous tenus sur 1 crédentiale !

En 2015, Arles – Santiago, soit 1600km en 2 mois ½ avec ~5€/jour, par 3 tronçons différents. La via Tolosana, le Camino Aragonés et le Camino Francés. Cette fois encore, 1 crédentiale a suffit pour mes tampons.

 

Mais quand même… Pourquoi on repart à chaque fois? Parce que c’est quand même un peu fou, parcourir autant de kilomètres pour retourner au même endroit! On y trouve quelque chose de particulier à Santiago?

A Santiago, non, c’est juste une ville. Je pars pour le Chemin, même si c’est difficile de dire exactement pourquoi. Je pars sans savoir pourquoi, mais je découvre des raisons. Je ne cherche rien, mais je trouve. Et si je sais pourquoi je pars et ce que je cherche, je finis par penser que je ne savais rien et je trouve ce qu’il me fallait mais que je ne cherchais pas.

Ce qui est sûr, c’est que je me sens appelée à partir et comme je fais confiance à cet appel qui parle à mon cœur. Je pars. Répondre « oui ! » à cela amène de l’équilibre et de la justesse dans ma vie. Je sais que je suis exactement où je dois être, au bon moment. Je prends pleinement ma place, en conscience. Je suis en parfait équilibre entre les mondes matériels et spirituels. Cela m’illumine de l’intérieur et rayonne autour de moi. Je me sens pleine d’amour, de gratitude, de joie et de paix. Ma place est sur les Chemins.

 

… De quoi rendre n’importe qui accro!

Exact! C’est ce que je pense et apparemment, je ne suis pas la seule. Y’a qu’à voir le succès des Chemins aujourd’hui!

 

Et du coup, ce blog!

C’est ça ! Santiago in Love. Parce que je suis amoureuse de saint Jacques et parce que Saint Jaques, c’est un Chemin d’Amour. Et donc, tellement d’amour partout que je veux le partager!

 

De toute évidence, il va parler de Saint Jacques.

Oui! De Jacques, de saint Jacques, de Saint Jacques de Compostelle, des Chemins de Saint Jacques de Compostelle. Saint Jacques sous toutes ses coutures!

 

Ok, ok, de Saint Jacques! C’est plutôt clair ! Mais il existe plein de sites et de blogs consacrés à Saint Jacques. Pourquoi un blog de plus? Qu’est-ce que le notre aura de spécial?

C’est vrai qu’il existe déjà beaucoup de choses sur ce sujet… Il y a beaucoup de blogs qui racontent les aventures de pèlerins, de sites qui parlent d’Histoire, de réseaux qui donnent des conseils pratiques. Ce que je veux faire avec Santiago In Love, c’est un peu tout ça à la fois. J’ai envie de créer une sorte d’encyclopédie de Compostelle qui rassemble tout ce qui touche à Saint Jacques. Histoire, géographie, culture générale, architecture, art, littérature, équipement, étapes, hébergements, personnalités jacquaires, etc, etc.

 

On va simplement faire un remix de ce qui existe ailleurs?

En partie. Tout cela me passionne et me tient à cœur, mais j’ai aussi très envie d’aborder un aspect négligé de Saint Jacques. Négligé à tort en plus!

 

Lequel? Tout à été dit et redit, non?

C’est mon avis, mais je ne trouve pas. À défaut de meilleurs mots, je dirais que j’ai envie de parler du côté « ésotérique » de Compostelle. De son côté spirituel, de son cortège d’événements déroutants, des transformations qui s’opèrent en nous, de l’énergie étrange des Chemins. J’ai envie de parler de ce « quelque chose » qu’on ressent et qu’on constate, mais qui est si difficile à center, à décrire et à partager. Tout cela m’intéresse énormément, mais je trouve qu’il est difficile de trouver des textes qui en parlent. J’espère que ce que j’écrirai en intéressera d’autres !

 

Je vois… Mais dis-donc, c’est un projet énorme, notre blog!

Hé oui! C’est excitant, non?! Et ce n’est pas tout!

 

Non?!?

Si ! Je vais aussi passer du temps à parler de moi.

 

Ah bon?!? On a une tendance narcissique et égocentrique maintenant?

Haha, ça fait peur, hein? Mais non. Je raconterai tout simplement des anecdotes de mes pèlerinages et je partagerai ce que Saint Jacques m’inspire. C’est mon blog, et après tout, un blog, c’est aussi fait pour ça. Mais je vais me tenir, promis. Je ne multiplierai pas les photos de mes ampoules et je tâcherai de ne pas tout ramener à ma petite citrouille. Et puis d’ailleurs, si j’avais les chevilles qui enflaient, ça ne serait pas pratique pour repartir marcher.

 

Hé ben, on dirait qu’on a de quoi s’occuper… Tu veux bien nous résumer le blog une dernière fois?

Avec plaisir ! Santiago in Love, c’est un blog consacré à Saint Jacques. On y trouve tout ce qui touche à Compostelle et ses Chemins, avec un fort arôme de spiritualité et une touche sympathique d’humour et de bonne humeur.

 

Sympa! Je crois que ce blog me plairait… J’irai peut-être même y faire un tour:

Il vaudrait mieux! Tu es moi, tu l’as oublié? Qu’est-ce que tu pourrais bien faire d’autre?

 

Hé bien, tu le sais, tu es moi, toi aussi! Mais pour en revenir au sujet, et si tu disais un mot à nos lecteurs?

Avec plaisir! Hummm… Voyons… Oui! J’espère que tu vas aimer ce blog et que tu vas passer un bon moment ici. Si tu l’aimes ou si tu le déteste; si quelque chose te traverses l’esprit alors que tu es en train de lire; si tu es complètement d’accord… ou pas; si tu as des questions ou des suggestions; si, si, si, si, je t’en prie, fais comme chez toi et laisse un mot: commente, demande, suggère, dites bonjour, et bien plus! Je serai ravie d’entendre parler de vous!

 

Chouette… Et comment peuvent-ils faire ça?

Hé bien, peut-être qu’un jour on pourra m’aimer et me suivre sur F et T, mais pour le moment, j’y réfléchit toujours. Pour l’instant, vous pouvez laisser un commentaire au pied de chaque article. Trouvez la boîte, taper vos pensées et postez-les. Il y a aussi un formulaire de contact à la page « Contact »: vous pouvez y arriver en cliquant *ici*. Si vous n’aimez pas les formulaires de contact, vous pouvez aussi envoyer un mail à cette adresse: « contactmarion@santiagoinlove.com ».

 

Ca a l’air assez simple! Tu me connais, moi et les trucs technologies…

Je sais. Heureusement, je gère « les trucs » pour nous deux!

 

Ouais… Bon, hé bien! Je crois qu’on y est… qu’est-ce que tu en penses? On a fini?

Oui, on a fini! Ou plutôt, je dirais que c’est seulement le commencement… On y va?

 

*Moi-même et moi nous levons, attrapons un sac à dos, mettons une casquette et des lunettes et nous dirigeons vers la porte. Nous sortons, prenons une profonde inspiration. Nous re-rentrons pour prendre les bâtons que nous avons presque oublié. Nous ressortons et nous tournons vers vous, chers lecteurs, pour vous dire un dernier mot avant de partir*

 

Jvousouhaite ubomomenavemoisur Santiago In LovePuissiez-voutrouvecquvouchercheeapprécielesurpriseque vourencontrerez! Laisseumot, je serai heureuse dllire. Et qusaitpeutêtre nous verronsnouujousur eChemin!

Aveamour, joie, paix et gratitude,

Buen Camino à vous, Ultreia!

Facebooktwittergoogle_plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.