Fermeture hivernale du Chemin vers Roncevaux

Facebooktwittergoogle_plus

L’automne s’installe, l’hiver se profile à l’horizon. Marcher aux mortes-saisons est une belle expérience, qui demande toutefois une certaine prudence… tout particulièrement en montagne. Se perdre et/ou avoir un sérieux accident arrive bien vite dans le brouillard et la neige! Pour limiter les dégâts, la partie espagnole de l’étape Saint Jean Pied-de-Port/Roncevaux connaît une fermeture hivernale du 1er novembre au 31 mars.

Explications pratiques!

 

Tronçon concerné   ~    Une mesure gouvernementale   ~   Passer outre la fermeture hivernale, options et conséquences   ~   Partir de Saint-Jean-Pied-de-Port durant cette période, mode d’emploi   ~   L’essentiel en 3 lignes +1

 

fermeture hivernale

 

Tronçon concerné

interdiction colPetit rappel! Il y a 2 itinéraires entre Saint-Jean-Pied-de-Port et Roncevaux: la route des crêtes et celle par Valcarlos. La première voie est le chemin « classique » emprunté par les pèlerins, qui suit le GR65 et le GR12. La seconde voie est l’itinéraire de rechange, conseillée par mauvais temps. La fermeture hivernale s’applique à la voie des crêtes, sur sa partie espagnole.

L’interdiction prend effet à partir de la frontière, marquée par le col et la fontaine de Bentarte (aussi appelé de Roland). Le Chemin poursuit jusqu’au col de Lepoeder, où le pèlerin peut choisir de suivre la fin du GR65 ou bifurquer sur le GR12. La fermeture hivernale s’applique au GR65 vers Roncevaux autant qu’au GR12 vers le col d’Ibañeta. A noter que le tronçon d’Ibañeta à Roncevaux n’est pas concerné par l’interdiction.

 

Une mesure gouvernementale

sjpdp-itineraires

Noir: GR65 en France, ouvert ~ Rouge: GR65 et GR12 en Espagne, FERME ~ Vert: route par Valcarlos, ITINERAIRE CONSEILLE

La fermeture hivernale de la voie des crêtes n’est pas une option au choix du pèlerin. C’est une disposition légale votée par le gouvernement de la Communauté Forale de Navarre. Les derniers articles de presse (autour du 1er novembre 2016) citent la résolution 487/2016 du 21 octobre. Je n’en ai trouvé aucune trace dans les bulletins officiels de Navarre, ni sur Internet. Peut-être que ce texte n’est pas encore paru, mais si vous le trouvez, faites-moi signe!

Cependant, tous les articles font clairement référence à la résolution 152/2015 du 1er juillet qui, elle, est belle et bien parue! (à lire par ici, en espagnol) Comme tout article de loi, rien de bien agréable à lire… Voici les points importants à retenir:

  • Constat des caractéristiques de l’étape et des conditions difficiles en hiver. Dénivelé important, mauvais réseau de télécommunication, signalisation non-visibles par blizzard, obligation de passage par le col Lepoeder.
  • Constat concernant le public qui parcourt l’étape. Augmentation du nombre de pèlerins, manque de condition physique suffisante pour la majorité d’entre eux.
  • Constat des raisons d’interventions d’urgence auprès des pèlerins. Défaillances physiques, manque d’information et/ou de préparation relatifs à la difficulté de l’étape, absence d’équipement adéquat.
  • Constat des difficultés relatives aux interventions d’urgence. Accès au tronçon, localisation et évacuation des pèlerins très difficiles, mis en péril de la vie des secouristes.
  • Fermeture hivernale motivée par souci de sécurité des pèlerins.
  • Restriction de passage sur la variante Est du Chemin de Saint Jacques (la voie des crêtes), du 1er novembre et le 31 mars
  • Fermeture effective à partir du col de Bentarte
  • Transit obligatoire par le variante Ouest du Chemin (Valcarlos)
  • Présence de signalisation informant de l’interdiction de passage.
  • Autorité donnée à la police Florale d’appliquer la résolution et de sanctionner les contrevenants.

La France n’a pas émis de mesure fermant le GR65 en hiver à partir de Saint-Jean-Pied-de-Port. Théoriquement, ce chemin peut donc être emprunté jusqu’à la frontière. Cependant, 1) la difficulté du tronçon en hiver vaut également du côté français et 2) une fois à la frontière, le seul chemin possible est celui fermé par la Navarre! L’accueil des pèlerins et la gendarmerie de Saint-Jean-Pied-de-Port coopèrent ainsi avec la Navarre en déroutant les pèlerins sur l’itinéraire de Valcarlos.

 

Passer outre la fermeture hivernale, options et conséquences

Options

A l’époque de la résolution 152/2015, une seule manière de passer par les crêtes en toute légalité. Il fallait demander une autorisation à l’Agencia Navarra de Emergencias. L’autorité de cette institution a depuis été transmise à la Dirección General de Intérior. Aucune idée pour l’heure si l’obtention d’une autorisation est toujours possible, ou si ce nouvel organisme a autorité pour la délivrer… (si quelqu’un sait, je suis intéressée par les infos!)

Passer par les crêtes en hiver nécessite un très bon entraînement et une très bonne résistance physique, l’habitude de la montagne en hiver, la conscience des risques encourus et la capacité à gérer les difficultés rencontrées. Êtes-vous sûrs de répondre à tous ces critères? Si la réponse est non ou même mi-oui mi-non, abandonnez le projet et passez par Valcarlos! Si la réponse est oui total, vous savez déjà que tout cela ne vous assure pas une étape sans problèmes ou accidents.

Conséquences

Que se passe-t-il si on se retrouve sur le tronçon interdit? (sans théorique autorisation) Tout d’abord, une belle amende qui peut atteindre les 12.000€… Le budget de plusieurs Chemins qui part en fumée! Si besoin d’assistance, ajoutez ensuite les frais de l’intervention de secours, qui seront entièrement à votre charge:

  • 30€/h pour chaque secouriste engagé
  • 65€/h pour l’ambulance
  • 30€/h pour chaque autre véhicule
  • 1.360€/h pour les secours aériens
  • 1.400€/h pour hélicoptère de secours

« Ça calme tout de suite! » (Comme le dit très bien l’association des Amis de Saint Jacques des Pyrénées Atlantiques, source pour ces chiffres).

Petites illustrations pratiques…

  • Entre 30 et 100 incidents par an pour ~70.000 pèlerins. Bien sûr, les accidents, ça n’arrive qu’aux autres. Jusqu’au jour où…
  • Exemple de sauvetage pour 1 pèlerin (mars 2016): 11 secouristes, 12h d’intervention, 1 hélicoptère de sauvetage = 5.360€ + frais médicaux + frais de hélicoptère médical
  • Autre exemple de sauvetage pour 1 pèlerin (mars 2016): 4 secouristes, 3h d’intervention, 1 véhicule = 450€ + frais médicaux + frais de l’hélicoptère médical
  • Aperçu d’une mission de sauvetage:

 

 

Enfin, n’oublions pas que la montagne en hiver peut être particulièrement fatale. La route des crêtes ne vaut pas que vous y laissiez la vie: pour joindre Roncevaux, préférez l’autre option! Une pensée ici pour toutes celles et tous ceux qui y ont perdu la leur…

 

Partir de Saint-Jean-Pied-de-Port durant cette période, mode d’emploi

valcarlos-balisageD’abord, nouveau petit rappel: le bureau d’accueil des pèlerins est ouvert tous les jours de toute l’année! Avant de se lancer sur le Chemin, passer y prendre des informations est incontournable. Même si l’excitation du départ vous démange! On y trouve des explications sur l’itinéraire de Valcarlos, des indications météo et toutes sortes de conseils utiles. N’oubliez pas de récupérer la fiche explicative de l’étape Saint-Jean-Pied-de-Port/Roncevaux.

Ensuite, partez pour Roncevaux par l’itinéraire de Valcarlos. Après avoir passé le centre ville, remontez la rue d’Espagne et passez les anciennes murailles. Là, les chemins se séparent: la route des crêtes va tout droit, la route par Valcarlos tourne à droite! Au cas où vous seriez emporté par l’enthousiasme du départ, une plaque jaune rappelle la bifurcation… aucune excuse! Le balisage à suivre est un trait vert sur plaque jaune (photo à gauche). Il ne vous reste plus qu’à suivre le Chemin: Buen Camino!

 

L’essentiel en 3 lignes +1

Fermeture hivernale du tronçon espagnol des GR 65 et 12 vers Roncevaux, du 1er novembre au 31 mars

Interdiction légale: amande et frais d’intervention de secours à charge des contrevenants

Passage par l’accueil pèlerin fortement conseillé, passez par la route de Valcarlos!

En cas de besoin, appelez le 112…

 

 

Avez-vous fait Saint-Jean-Pied-de-Port/Roncevaux entre le 1er novembre et le 31 mars? Par où êtes-vous passé? Dans quelles conditions et comment? 😉

 

Facebooktwittergoogle_plus

2 Commentaires

  1. Claudine Andrivot

    Bonjour,
    Je suis passée trois fois de SJPDP à Roncesvalles et de Roncesvalles à SJPDP :
    – la première fois début avril, dans un brouillard qui me laissait juste voir le sentier et trois mètres devant, jusqu’à la frontière espagnole, autant dire que je n’en ai pas le moindre souvenir visuel…Le chemin est très bien balisé, ce n’était pas dangereux mais simplement très inconfortable. Je me sens capable de le refaire dans les mêmes conditions s’il le fallait! Après la frontière le soleil était magnifique, je me suis donc trouvée très bien accueillie en Espagne
    -la deuxième fois je suis passée un 31 octobre. Le temps était magnifique : grand soleil, ciel bleu et personne sur le chemin. un enchantement pur et simple ! j’ai pris le temps de regarder tout ce que je voyais et de prendre des photos. Je voulais profiter de tous les détails, cette étape est toujours gravée dans mes souvenirs .
    -Je suis également allée de Roncesvalles à SJPDP en décembre 2015, je savais qu’il était interdit de passer par la montagne, j’avais donc prévu de passer par la route de Valcarlos. Il avait neigé un peu deux ou trois jours avant mais le temps était là aussi magnifique.
    Le trajet par la route de Valcarlos n’est pas désagréable, la ville est plutôt accueillante, Arnéguy est aussi un lieu très fréquentable. Bien sûr on marche beaucoup sur le goudron et ce n’est pas une étape de montagne comme on peut en avoir l’impression en passant par la route Napoléon et le chemin qui suit, mais l’interdiction me semble une bonne mesure si cela peut éviter d’avoir des accidents et de faire appel aux sauveteurs. Cela dit je peux comprendre que par temps sec, sans neige et sans brouillard en novembre ou décembre on ait très envie de grimper tout de même dans la montagne. Il faut juste être un peu raisonnable. J’envisage d’y retourner et je pense que je m’arrangerai pour passer avant le 1er novembre.

    Répondre
    1. Marion (Auteur de l'article)

      Merci pour ton commentaire Claudine 🙂
      D’accord avec toi, la traversée des montagnes est toujours un spectacle magnifique!
      C’est vrai que le passage par la route haute peut être agréable en hiver si les conditions sont clémentes, tout comme il peut être dangereux aux belles saisons par mauvais temps! La fermeture ne fait pas dans le détail avec cette interdiction pure et simple sur 5 mois, mais au moins, elle a le mérite d’éviter pas mal d’accidents…
      A bientôt pour ton prochain passage? 😉

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.