Pourquoi Compostelle est un Chemin d’Amour

Facebooktwittergoogle_plus

Saint Jacques est un Chemin d’Amour, j’en suis convaincue depuis mon premier pèlerinage. Un sentiment qui se confirme et se renforce à chaque séjour sur les Chemins.

Vous me direz que parler d’Amour comme ça, c’est un peu fleur bleue. Mais non, pas du tout! Parler d’Amour, c’est échanger sur ce qui fait tourner le Monde dans le bon sens. Et en ce qui concerne Compostelle, c’est parler précisément du « truc en plus » si particulier au Chemin.

Saint Jacques, Chemin d’Amour, démonstration ici et maintenant!

 

Un concept vieillot et (mal) réchauffé   ~   L’Amour, d’accord. Mais lequel?   ~   Une petite illustration poétique   ~   Un Chemin d’Amour, petites expériences concrètes…   ~   … ou grandes expériences mystérieuses   ~   Effets secondaires

 

coquille coeur

 

Un concept vieillot et (mal) réchauffé

Amour. Quel sujet plus bateau aurais-je bien pu vous sortir pour parler de Compostelle? Combien de milliers d’années avons-nous déjà passé à aimer tout autour du globe? Combien de passions, de drames, d’œuvres d’art et même de guerres à cause de lui? Hommes, femmes, jeunes, vieux, au Nord, au Sud… Tout le monde est concerné par l’amour et fait un bout de chemin avec lui. Et cela, juste en parlant des humains terrestres! On sait par exemple que les animaux aiment aussi et qui sait ce qui se passe au-delà de notre atmosphère? Finalement, rien de nouveau à l’horizon. Et pourtant, quoi de plus actuel? Quelle que soit la date, l’Amour continue de faire la une de nous préoccupations quotidiennes.

fisterra-double-flecheCeci étant dit, l’Amour a un tout petit défaut. Malgré son âge et sa popularité imbattable, c’est tout simplement un véritable bazar! Je vous invite à faire le test. Si je vous dis « amour » et « aimer », qu’est-ce qui vous passe par la tête en l’espace de 2 minutes? Amoureux-se, parents, enfants, famille, ami-e-s, « Dieu », animaux domestiques, nourriture, objets divers, activités, lieux… Symboles, images, scènes, émotions, sentiments, idées, concepts… La liste serait très longue et propre à chacun. Hé oui, en vérité, ces tous petits mots servent à exprimer bien plus qu’ils n’en ont l’air!

Finalement, on pourrait conclure ainsi: l’amour est vieux, mais totalement indémodable. Il est tout à fait ordinaire, mais toujours mémorable. Incroyablement simple, mais fabuleusement complexe. Exceptionnellement brillant, mais passablement chaotique. En un mot (ou deux), l’Amour est un étrange paradoxe qu’il faudrait mieux définir.

 

L’Amour, d’accord. Mais lequel?

L’Amour du Chemin et l’amour du quotidien sont à la fois proches et différents. Tous les deux ont la même dynamique: ils sont l’énergie du cœur qui se dirige vers un « autre ». Ces amours divergent par contre dans leur façon de se diriger et dans leur intensité. Ils s’expriment ainsi chacun à des plans et des degrés distincts.

L’amour quotidien est en quelque sorte celui de la matière: il dirige l’énergie du cœur vers nos préoccupations du monde physique. C’est un amour avec de nombreuses étiquettes et qui prend des formes différents selon l’ « autre » auquel il s’adresse. Amour romantique, érotique, familial, amical; motivant les centres d’intérêts et intellectuels. Bien sûr, cet amour s’exprime également avec différents intensités. On n’aime pas son amoureux-se ou son enfant comme on aime les super articles de ce blog! (A ce propos, merci de tant aimer -et partager- cette page! 😉 ) Pourtant, cet amour a ses limites. Parce qu’il se dirige vers un « autre » matériel, il est sujet à l’attachement et toujours soumis à conditions.

2010-coeur-pierresL’Amour du Chemin est celui qui transcende le monde matériel. C’est ce que certains appellent Amour « véritable », « divin », « inconditionnel » ou encore « pur ». Sur Compostelle je l’assimile à ce que beaucoup appellent « l’Esprit du Chemin ». Les mots qui essayent de le définir ne sont pas importants, car cet Amour est de nature spirituelle. C’est à dire, dirigé vers de l’immatériel et donc vers du non-qualifiable, contrairement aux « autres » de l’amour quotidien. C’est l’Amour contenu dans l’essence de toutes les religions et spiritualités, quelles que soient leurs manière de le présenter et de l’exprimer. Cet Amour s’exprime avec une intensité qui nous dépasse, car il ne peut être saisi entièrement avec notre nature matérielle. C’est un Amour inconditionnel et sans limites, qui constitue le Monde et le dissout à la fois.

 

Une petite illustration poétique

Comment pourrait-on illustrer toute cette brillante théorie? Imaginons un instant que nous soyons de jolis bols en bois et que les amours (quotidien et du Chemin) soient de l’eau. Dans le cas de l’amour quotidien, l’image serait celle d’un bol plein d’eau (nous, remplis d’amour), qu’il rationnerait entre divers autres bols (nous, aimant les « autres »). Dans le cas de l’Amour du Chemin, le bol serait plongé dans l’océan (nous, plongé dans l’Amour)…

bol-boisDans le cas de l’amour quotidien, l’eau du bol est clairement limitée. Même s’il n’est pas si simple d’assécher notre bol, un fois que celui-ci est vide, il n’y a plus rien. Ou encore, si notre bol se fend, son eau est perdue. En d’autres termes, l’amour quotidien se donne dans sa limite disponible et tant que nous existons. Nous distribuons cet amour en pensant que notre stock diminue: des conditions et limitations de distribution apparaissent. Comme tout le monde en fait de même, les échanges deviennent tendus et de nombreux conflits peuvent apparaître.

Dans le cas de l’Amour du Chemin, le bol est totalement plongé dans l’eau. Il est plein mais cela n’a plus vraiment d’importance: l’eau est partout! Se remplir n’a plus de sens et il ne peut plus se vider. Le bol existe dans l’océan. Il peut distribuer « son » eau sans compter aux bol qui ne sont pas dans l’océan. Celui-ci protège par ailleurs le bol de la casse, jusqu’à ce que son bois se dissolve. Dans tous les cas, l’eau sera toujours présente et disponible en même quantité. En d’autre termes, l’Amour du Chemin nous plonge dans un Monde qui transforme le sens et l’importance qu’on peut se donner. Une fois plongé dans cet Amour, nous restons pleins de lui, capables d’en abreuver nos semblables sans conditions et limitations de distribution.

 

Un Chemin d’Amour, petites expériences concrètes…

Mais… nous ne sommes pas des bols! Nous n’allons pas à Compostelle en nageant! Qui peut vivre un tel Amour en Chemin, et comment? Hé bien déjà, voici un scoop. Expérimenter et manifester l’Amour avec un grand A est à la portée de tout le monde! Pas besoin d’avoir une religion, d’être spirituel ou d’être un saint pour cela! On peut très bien être athée, matérialiste ou carrément « pêcheur » et vivre une véritable expérience d’Amour. Le Chemin est ainsi un environnement qui facilite cette expérience. L’Amour s’y manifeste à travers des choses simples, qui passent facilement inaperçues.

santiago-catheddrale

L’expérience d’Amour par excellence sur le Chemin… le moment où le coeur déborde d’humilité, de gratitude et de joie!

Vivre dans l’authenticité est déjà une manière d’être en Amour. Celle avec soi-même d’abord. Faire Saint Jacques, c’est laisser son identité au placard. Plus d’âge, de métier ou de rang social, chaque pèlerin est l’égal d’un autre, un homme/une femme ordinaire. C’est aussi mener une vie simple faite d’essentiel. Plus d’obligations, de rendez-vous, de distractions superflues, le pèlerin marche et vit de peu. Il a du temps pour se consacrer à sa vie intérieure, à la contemplation. En Chemin, il est plus qu’il n’a ou ne fait. C’est aussi l’authenticité avec le Monde. Le pèlerin ne triche pas avec ce et ceux qui l’entourent. Il ne fait pas semblant d’avoir froid quand il a chaud; il se présente tel qu’il est à ceux qu’il rencontre. Ses échanges avec le Monde sont vrais et profonds.

L’authenticité amène humilité et gratitude, expressions d’une vie en accord avec l’Amour. Saint Jacques enseigne aux pèlerins à être humbles vis-à-vis d’eux mêmes, des autres et du Monde. Ils se mettent à l’écoute de leurs besoins, composent avec la communauté, se plient aux humeurs des éléments. La conscience sereine d’être une goutte d’eau dans l’océan devient plus forte, mais sans tristesse. Au contraire, la gratitude pour tout ce qui est vécu et reçu augmente, en même temps que l’humilité.

Ces états vont de pair avec la joie, qui témoigne également de l’expérience de l’Amour. Saint Jacques est un lieu où la joie est une expérience des plus accessible et des plus communes. Cela commence souvent par le simple fait d’être enfin présent sur le Chemin. Tout au long du voyage et malgré les moments difficiles, la joie est toujours présente. Elle passe par les rencontres, les petits riens du quotidien, les moments de plénitudes solitaires ou ceux partagés en groupes.

Je dirais qu’expérimenter Saint Jacques comme un Chemin d’Amour, c’est beaucoup comme être amoureux. N’est-ce pas une bonne description de nous tous qui allons à Compostelle?

 

… ou grande expérience mystérieuse

Le Chemin peut également être l’occasion d’une expérience de l’Amour plus violente et plus intense. Plutôt que de « diluer » son expérience dans la vie sur le Chemin, l’Amour peut tout à fait frapper un grand coup! Sans prévenir et de toute sa force, il peut plonger soudainnement le pèlerin dans un véritable océan d’Amour pur.

2016-aubrac-lumiereC’est un grand chambardement qui bouleverse profondément… De toute évidence, les expériences divergent selon les personnes, mais l’essentiel reste identique pour tout le monde. L’humilité, la gratitude, la joie et un grand sentiment de paix se donnent rendez-vous et font la fête! L’intellect laisse pour une fois place au cœur, qui s’exprime puissamment. Imaginez, le sentiment de l’arrivée à Compostelle, mais en mille fois plus fort!  Le Monde semble plus lumineux, le corps plus léger, la conscience plus grande et le cœur infini. Il est assez courant de pleurer de joie, de rire sans raison ou d’avoir envie de serrer tout le monde dans ses bras. C’est une impression de se diluer dans l’unité et l’essence de l’univers tout en gardant conscience de son existence. Le cœur semble littéralement être sorti du corps, donnant la sensation de voir le Monde depuis un autre endroit que nous-même.

Difficile de savoir ce qui se passe quand une telle expérience vous tombe dessus! Heureusement, cela n’intéresse vraiment pas la personne, tant l’expérience est merveilleuse. Aucun guide de Compostelle n’a jamais annoncé de tels états de conscience… Il faut se tourner vers les Traditions spirituelles pour trouver une comparaison qui s’en rapproche. On entend alors parler par exemple de transcendance, d’éveil, de transfiguration ou de satori. Des états qui décrivent les effets d’une ouverture de conscience et de cœur et qui parlent d’un dépassement de la nature strictement matérielle de l’Homme pour incarner pleinement sa nature spirituelle.

Wow… rien que ça! A un tel moment d’intensité, je trouve bon de rappeler encore une fois qu’une telle expérience est tout à fait accessible à chacun.

 

Effets secondaires

2010-navarrenx-alchimiste-ecoutetoncoeurLes grands Maîtres spirituels du passé et d’aujourd’hui l’ont vécu, le disent, l’enseignent et le répètent. L’éveil (ou autre) s’atteint, se vit un instant et s’en va. Il « ne reste plus qu’à » vivre ensuite avec son souvenir et incarner sa vision dans le Monde. Grandes ou petites, les expériences d’Amour en Chemin ne sont pas différentes. Les plus intenses durent seulement un moment, les plus diluées s’étirent jusqu’au retour des pèlerins dans leur vie « réelle ». Quoi qu’il en soit, il est difficile de sortir d’un état ou un environnement d’Amour! Le cœur reste alors la seule référence qui puisse nous aider à avancer en justesse au plus près de l’Amour.

Le retour commence par une période où le pèlerin plane, l’esprit perché dans les nuages. Le choc du retour physique est absorbé. Le plus dur commence ensuite, lorsque son esprit revient finalement sur terre et qu’il est frappé par le blues du retour. Humeur maussade, souvenirs nostalgiques, frénésie jacquaire, il rend son entourage chèvre et se rend fou lui-même. Certains peuvent même connaître une période de dépression. Où est donc passé tout l’Amour vécu sur les Chemins? Plus long le temps passé en Chemin et plus intenses les expériences, plus mouvementé le retour!

Plus ou moins consciemment, les expériences d’Amour sont intégrées et modifient le rapport du pèlerin avec le Monde. L’envie et le besoin de conserver puis d’intégrer l’Amour dans la vie quotidienne est très intense. Certains envoient tout promener (ou presque) et changent de vie, d’autres sont moins radicaux. Beaucoup finissent par oublier l’Esprit du Chemin et l’élan qu’il a provoqué car ils sont (ré)emportés par le quotidien qu’ils ont retrouvé. Dans tous les cas, l’Amour laisse une emprunte qui accompagnera le pèlerin bien après son retour du Chemin.

Les choses se rééquilibrent peu à peu. L’important est ainsi de (re)trouver l’Amour une fois de retour, pour l’incarner et le manifester d’une manière qui corresponde à notre vie hors-Chemin!

 

Et vous? Pensez-vous que Saint Jacques soit un Chemin d’Amour? Préférez-vous un autre nom, comme par exemple « l’Esprit du Chemin »?

Quelles sont vos expériences d’Amour en Chemin? Avez-vous vécu une expérience intense?

Comment avez-vous vécu et géré votre retour, avez-vous trouvé l’Amour au quotidien?

 

Facebooktwittergoogle_plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.