Besoin, confort, luxe: une astuce pour réduire son équipement

Facebooktwittergoogle_plus

Comment faire son sac efficacement? D’abord, faire une liste des affaires indispensables. Ensuite, rassembler lesdites affaires. Après, se rendre compte qu’il faudrait en fait une remorque motorisée pour tout emporter. Enfin, retourner à la case départ et recommencer…!! Faire son sac donc, un peu plus compliqué que ce qu’il paraît. Réduire son équipement l’est peut-être même encore plus, surtout lors d’un premier départ! Difficile de faire un tri et de séparer l’essentiel du superflu, surtout quand la peur de manquer se manifeste…

Une technique simple pour faciliter les préparations est d’organiser la liste du matériel par catégories. En y répartissant ses affaires, on se rend vite compte de ce qui est important. Plus de risque de supprimer l’essentiel!

 

3 catégories pour faire le tri ~ Besoin ~ Confort ~ Luxe ~ Effet surprise?

reduire son equipement

3 catégories pour réduire son équipement: besoin, confort, luxe

Alors bien sûr, autant le dire tout de suite: cette technique est seulement un outil pour faciliter vos préparatifs. Elle ne fera pas votre sac à votre place, elle ne vous garantira pas non plus un sac léger ou complet. Mais comme les listes types sont inefficaces et que, comme je l’avais dit dans cet article, vous êtes ce qui fera de votre paquetage un paquetage parfait… Elle peut être d’une grande aide pour réduire son équipement.

Pourquoi ces catégories? Partir à Compostelle est un voyage au long cours qui oblige traditionnellement à porter toutes ses affaires sur son dos. Même si l’idée n’est pas de bannir le confort, on cherchera autant que possible à réduire son équipement au minimum. En réfléchissant en terme de besoin, confort et luxe, vous pourrez visualiser et garder à l’esprit ce qui est vraiment important. En quelques mots:

  • La grande majorité des affaires devraient ainsi appartenir à la catégorie besoins.
  • La liste de la catégorie luxe devrait être extrêmement courte. Ou inexistante, si vous faites partie de ces valeureux pèlerins!
  • La catégorie confort devrait quant à elle être peu remplie d’affaires lui appartenant exclusivement. Elle peut cependant en contenir un certain nombre appartenant également à la catégorie besoin, dans la perspective par exemple de « besoin amélioré ».

Bien sûr, adaptez toujours votre équipement à la saison à laquelle vous partez! Un voyage au long cours en hiver n’est pas vraiment le bon moment pour tester votre résistance au froid… soyez sûr d’avoir ce qu’il vous faut!

 

Besoin

« Ce qui est nécessaire, utile à à une personne ou à l’accomplissement d’un projet ». Tout le monde ne s’accorde pas sur ce que « nécessaire » signifie, d’autant plus que chacun a des besoins différents. Sur les Chemins, la double obligation de transporter soi-même toutes ses affaires et de rester le plus léger possible précise un peu les choses. On peut raisonnablement dire que « besoin » équivaut à « indispensable », c’est à dire « ce dont on ne peut se passer ». Autrement dit, la catégorie besoin recouvre l’équipement qui assurera l’intégrité et la sécurité du pèlerin. Ni plus, ni moins!

besoin

On a souvent besoin de bien moins que ce qu’on imagine…

Une fois considéré cela, des sous-catégories apparaissent et la liste se précise. Les humains ont en effet des besoins fondamentaux relativement peu nombreux! Respirer, boire, dormir, manger, se vêtir, maintenir sa santé, son hygiène et un environnement viable. Ramené à une liste de matériel, on trouve donc: boire/manger, dormir, se vêtir, se soigner, se laver, se protéger des intempéries. La modernité ajoute également toute la paperasse administrative.

Les paquetages les plus performants se focalisent sur ces catégories et les optimisent au maximum. Dans le monde de la randonnée légère, cela peut vouloir dire entre 3 et 6kg de sac, pour une randonnée ou même pour un voyage en autonomie (camping et popote compris). Pour Compostelle, la démarche n’est pas tout à fait la même. Mais grâce aux facilités d’hébergement, de restauration et de service, il est d’autant plus facile de diminuer le « nécessaire » au minimum!

Notez également que pour réduire son équipement efficacement, mieux vaut éviter de multiplier le même type d’affaire! Évidemment, exit la collection de T-shirts ou de lotions pour le corps. Plus subtil par contre, les doublons inutiles comme par exemple, la combinaison poncho/couvre-sac. Enfin, pensez à traquer les cumuls « pour éviter de manquer de » (ou « par peur de »). Ceux-là sont les plus insidieux et les plus difficiles à éradiquer… Ce qu’on recherche, c’est généralement: un élément, plusieurs fonctions et non l’inverse (une fonction, plusieurs éléments)! Une exception (et encore, pour les plus engagés) à cela, les vêtements, qui seront pris en double pour assurer un roulement et un minimum de propreté.

 

Confort

« Assistance, bien-être matériel ou moral, ressenti comme agréable ou excluant le non-agréable ». Plus encore que le besoin, le confort diffère d’une personne à l’autre. En randonnée, cette catégorie est donc la plus subjective et généralement la plus délicate à alléger. Chacun a une idée toute personnelle du confort qui lui est nécessaire et du niveau d’inconfort qu’il peut supporter.

confort

Une 2e paire de chaussures légères, plus un besoin, mais du confort… vraiment utile?

Pas de méthode carrée pour la définir. Cette notion est un mélange complexe entre culture, éducation, habitudes, sensibilités physique et mentale, perceptions et idées préconçues de ce qu’on est capable de faire. Inutile de juger son voisin pour les choix stupides peu judicieux qu’il a fait! Il reste cependant intéressant (nécessaire!) pour chacun de questionner son idée du confort pour arriver à réduire son équipement et à l’optimiser.

Certains n’aiment pas l’entendre, d’autres préfèrent conter misères… mais Compostelle reste vraiment une aventure d’extérieur vraiment très confortable! (Double « vraiment » fait exprès!) Peu de randonnées offrent un tel réseau d’hébergements, de restauration et de services. Cela autant quantitativement que qualitativement, infrastructures basiques comprises. C’est encore plus vrai pour les voyages au long cours. Plutôt que de s’en défendre, c’est au contraire une opportunité en or pour alléger son sac en toute sécurité!

Il arrive souvent que des affaires fassent à la fois partie de la catégorie besoin et de la catégorie confort. Certaines sont réellement des nécessités avant tout, ou pouvant se décliner en divers degré de confort. D’autres sont du matériel que l’on pense indispensable mais qui relèvent en vérité uniquement du confort. Si vous savez l’identifier, ce type d’équipement peut souvent faire l’objet d’une purge salvatrice! Faites le point sur les objets appartenant à votre catégorie confort. Pouvez-vous faire sans, le temps de partir à Compostelle? Pouvez-vous faire autrement, est-ce vraiment utile? Essayez de trouver des raisons et des moyens de vous passez de ces affaires plutôt que de les garder!

 

Luxe

Pour commencer, cette catégorie n’a PAS pour but de vous catégoriser ni de vous taxer de personne frivole, vaniteuse, superficielle ou que sais-je encore. Elle sert simplement à mettre en évidence tous ces objets non-essentiels qu’on accumule si facilement lors de la préparation de nos sacs. Cela, dans le but les repérer et les laisser plus facilement à la maison. Ni plus, ni moins!

Donc, luxe: « Élément superflu et somptuaire, éventuellement de parure, figurant l’abondance et la profusion. A l’opposé de la nécessité« . Tout semble dit dans la définition et pourtant… Cette catégorie est généralement bien (trop) remplie. C’est qu’on aimerait souvent partir randonner ou voyager avec toutes les commodités qu’on a à la maison!

équipement superflu luxe

Même apprécié des papillons, un appareil photo reste un équipement « luxe »!

Les principales sous-catégories de luxe sont l’électronique, la papeterie/librairie, la trousse de toilette et les vêtements. Toute l’électronique est superflue, de la liseuse à l’appareil photo en passant par les batteries secondaires, câbles et autres prises. Pareil pour les livres, les carnets de notes ou le matériel d’art en tous genres. Idem pour beaucoup d’éléments de la salle de bain et de l’habillement. Lotions, maquillage, parfums, bijoux, chaussures, vêtements, accessoires… tous superflus! Ajoutons en vrac les instruments de musique, jeux de société, décorations ou encore gadgets de randonnée pour compléter le tableau. Une exception, le téléphone portable… et encore! (mais ça, c’est un autre débat).

Bien sûr, je n’essaye pas de dire qu’il faut complètement supprimer ces objets de votre sac! Je suis la première à toujours vouloir emporter mon appareil photo. En revanche, il est utile de se concentrer sur eux pour réduire son équipement et éliminer « facilement » du poids superflu. En gardant à l’esprit que quels que soient les objets choisis en question, il est toujours possible de faire sans eux. Toujours, quoi qu’on s’imagine! Le plus difficile sera de se convaincre que c’est possible… Pondération, sagesse et choix sont les maîtres-mots ici!

 

Effet surprise

A se concentrer sur ce qui est essentiel, réduire son équipement devient donc plus simple. Et, surprise, on se retrouve parfois avec si peu d’affaires qu’on peut se permettre d’en emporter plus. Si cela vous arrive, tant mieux! Une fois les besoins couverts, il est toujours agréable de s’offrir un peu plus de confort et de luxe. Attention simplement de ne pas tomber dans le piège de trop vous charger de ce type d’équipement!

 

Bonne préparation! 🙂

 

 

Facebooktwittergoogle_plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.